Aller au contenu

Une icône gay française


Jath
 Share

On voudrait connaitre votre avis ^^  

12 membres ont voté

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour voter dans ce sondage.

Messages recommandés

Pour moi, Dorothée est une icône gay.

Elle est très appréciée par la communauté LGBTIQ+, notamment les gays qui la vénèrent (une vraie communion lors des Olympia 2010).

 

Je ne sais pas si elle était déjà icône Gay vers la fin du Club Do avec la génération RécréA2 devenue jeune adulte mais avec le temps et l’effet nostalgie, les gays se sont appropriés l’image de Do’ : une femme avec du caractère mais ultra féminine et séduisante.

  • j'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'à l'époque, le sujet était trop tabou en France, donc on ne parlait pas d'icones. 

  • Merci ! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je pense qu'il faudrait déjà définir ce qu'est une icone gay car je ne suis pas sûr qu'on en ait tous la même définition :P

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Wikipedia résume bien:laugh:

 

Parmi les caractéristiques constituant une icône gay, on retrouve souvent le courage dans l'adversité et un désir de liberté, le sens du glamour, l'exubérance, la créativité ou des formes d'androgynie. Ces icônes peuvent être de toute orientation sexuelle ou genre, ouvertement allosexuelles ou pas. Certaines se sont faites les porte-voix des revendications du mouvement LGBT.

Les icônes gays contemporaines incluent principalement des vedettes de la chanson ou du cinéma, le plus souvent associées à une forte personnalité et une fin tragique.

Certaines personnalités historiques sont considérées comme des icônes gays en raison des débats entourant leur orientation sexuelle. De nos jours, il s'agit souvent de chanteuses ou actrices dont beaucoup de fans font partie des LGBT.

  • Merci ! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Une icône gay qui n’a pas eu la chance d’avoir un auteur ouvert d’esprit. Je me souviens d’ailleurs d’une interview où pour son retour on disait que c’était quand même dommage que son répertoire soit aussi hetero, avec dans “Dorothée 2010” des filles qui sont encore “condamnées à n’aimer que des garçons”. 

  • snif... 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Pour moi, Dorothée n'est pas du tout une icône gay...pas plus que Goya d'ailleurs.

Je me souviens avoir vu un documentaire expliquant ce concept d’icône gay et la définition qui en était proposé me convient parfaitement.
En gros, le documentaire expliquait que les icônes gays étaient majoritairement des femmes dont le parcours personnel était constitué de souffrances et de drames auxquels les membres de la communauté gay se retrouvaient, des évènements qui, bien que différents, pouvaient faire écho à ceux que les gays ressentaient dans leur vie.

Pour moi, Dalida est l’icône gay par excellence : elle est glamour, c'est une véritable star dont la carrière professionnelle est une franche réussite mais dans la vie personnelle est ponctuée de drame (notamment le suicide des hommes de sa vie mais aussi sa relation complexe avec son père), le tout ponctué par une fin tragique qu'elle s'inflige à elle-même. Même si tout le monde n'a pas vécu tout ça (et heureusement ! ), ces drames et cette souffrance peuvent, en effet, faire écho au doute et à l'acceptation de soit connu par les gays lors de la découverte de cette partie d'eux-mêmes. À cela s'ajoute la difficulté du coming out et, dans les pires des cas, le fait d'être mis à la porte et renier par ses amis et ses proches.

Je ne doute absolument pas que la vie de Dorothée a été, comme pour chaque individu sur cette planète, ponctuée d'évènements malheureux mais sa discrétion fait que, même si je l'apprécie, je ne peux absolument pas projeter ma propre souffrance ou mes propres doutes sur Dorothée. En outre, sa musique, bien que plaisante, n'aborde jamais de près ou de loin des thèmes qui pourraient associer tout cela.

Le fait que Dorothée soit, de nos jours, très adulée par les gays relève, je pense, d'une simple "coïncidence" : son public que nous étions a grandi. Les hétéros la garde avec eux comme un souvenir agréable de leur enfance alors que les homos sont souvent plus fidèles par nature mais aussi plus nostalgiques.
Ca n'en fait absolument pas une icône gay pour autant.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je crois que sa chanson “j’suis pas comme les autres” est une sorte d’hymne pour certains. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Posté (modifié)

Pour moi, une icône Gay n’est pas spécialement une personnalité qui souffre ou a souffert. C’est une personne qui a une aura, qui dégage des ondes. On peut par exemple citer la réussite, le charisme, le tempérament combatif qui font écho aux luttes LGBT. Un chanteur ou une chanteuse peut devenir une icône Gay par son répertoire (ex : Farmer qui chante depuis 35 ans des textes ambigus) mais aussi par son image publique (qui peut être complètement différente dans la vie privée).

Modifié par Jath
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Aux Etats Unis, c'était principalement Barbra Streisant, au Royaume Uni, il y avait le clan Céline, le clan Kylie, le clan Cher, le clan Madonna...!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis assez d'accord avec Mr. Frimagor, il en faut un peu plus pour être une icône gay, c'est pour ça que je voulais qu'on se mette d'accord sur une définition :P

Sinon toutes les stars sans exceptions sont des icônes gay :D

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 14 heures, Mr.Frimagor a dit :

Pour moi, Dorothée n'est pas du tout une icône gay...pas plus que Goya d'ailleurs.

Je me souviens avoir vu un documentaire expliquant ce concept d’icône gay et la définition qui en était proposé me convient parfaitement.
En gros, le documentaire expliquait que les icônes gays étaient majoritairement des femmes dont le parcours personnel était constitué de souffrances et de drames auxquels les membres de la communauté gay se retrouvaient, des évènements qui, bien que différents, pouvaient faire écho à ceux que les gays ressentaient dans leur vie.

Pour moi, Dalida est l’icône gay par excellence : elle est glamour, c'est une véritable star dont la carrière professionnelle est une franche réussite mais dans la vie personnelle est ponctuée de drame (notamment le suicide des hommes de sa vie mais aussi sa relation complexe avec son père), le tout ponctué par une fin tragique qu'elle s'inflige à elle-même. Même si tout le monde n'a pas vécu tout ça (et heureusement ! ), ces drames et cette souffrance peuvent, en effet, faire écho au doute et à l'acceptation de soit connu par les gays lors de la découverte de cette partie d'eux-mêmes. À cela s'ajoute la difficulté du coming out et, dans les pires des cas, le fait d'être mis à la porte et renier par ses amis et ses proches.

Je ne doute absolument pas que la vie de Dorothée a été, comme pour chaque individu sur cette planète, ponctuée d'évènements malheureux mais sa discrétion fait que, même si je l'apprécie, je ne peux absolument pas projeter ma propre souffrance ou mes propres doutes sur Dorothée. En outre, sa musique, bien que plaisante, n'aborde jamais de près ou de loin des thèmes qui pourraient associer tout cela.

Le fait que Dorothée soit, de nos jours, très adulée par les gays relève, je pense, d'une simple "coïncidence" : son public que nous étions a grandi. Les hétéros la garde avec eux comme un souvenir agréable de leur enfance alors que les homos sont souvent plus fidèles par nature mais aussi plus nostalgiques.
Ca n'en fait absolument pas une icône gay pour autant.

Il ne peut s'agir d'une coïncidence ! Quiconque a assisté à un concert de Dorothée en 2010 (et nous sommes beaucoup dans ce cas ici) se rend à l'évidence : son public aujourd'hui est homo en (très) grande majorité et rien qu'à ce titre, elle peut être rangée parmi les "icônes gay" à mon sens. C'est sans doute un peu simpliste, mais les faits sont têtus.

Tous les éléments que tu cites sont intéressants, Frimagor, et nourrissent clairement la discussion.

Il faut toutefois rappeler que Dalida, que tu présentes à juste titre comme l'icône gay par excellence, le fut déjà de son vivant, alors même que chacun ignorait évidemment la fin tragique de sa vie, tout au plus pouvait-elle être pressentie par certains. Même les suicides successifs de Luigi Tenco en 67, Lucien Morisse en 71, et Richard Chanfray en 83, n'ont eu la résonnance qu'ils ont aujourd'hui que parce qu'ils sont vus sous le prisme de son propre suicide à elle en 87. Non, c'est, à mon sens, davantage son virage disco en 1976 qui y a participé, comme ce fut le cas aussi pour Sheila à l'époque.

J'ajoute enfin que Dalida était une icône tout court, et qu'elle l'est restée d'ailleurs.

Aujourd'hui, de nombreuses artistes sont adulées/aimées/respectées par les homos sans pour autant avoir affiché leurs malheurs au public, comme Mireille Mathieu, Marie Laforêt, ou Barbra Sreisand citée par Scot.

On observe quoi qu'il en soit que les "icônes gay" réunissent chaque fois ou presque les caractères suivants :

- Ce sont des femmes, plutôt jolies, voire belles, dans tous les cas plutôt classes et au look soigné. :D

- Elles ont une longue carrière, traversent les générations (cela fait écho à la "fidélité" que tu mentionnes, Frimagor, chez les homos, une fidélité profonde et manifeste (aux artistes du moins, car pour le reste...:laugh:)

Il me semble que ce sont les seules caractéristiques communes à toutes.

Le cas de Dorothée a ceci de particulier que l'attachement que lui porte le public est né dans l'enfance. Alors d'accord, tous les homos ne sont pas dingues de Dorothée comme nous, en revanche tous les dingues de Dorothée aujourd'hui (enfin, presque...) sont homos ! Il y a forcément un truc, et ça n'est évidemment pas un hasard ! Je ne généraliserai pas mon cas, rien ne m'y autorise, mais en ce qui me concerne je suis conscient qu'il y a chez moi une incapacité à renier ce qui fut objets de passion lors de ma (prime) enfance, puis l'adolescence. Là où certains dénigrent ce qu'ils adoraient jadis, ou s'en moquent, je suis au contraire inapte à ce détachement. Je continue par exemple d'écouter régulièrement les disques des artistes de mon enfance et adolescence et de suivre leur carrière lorsqu'elle se poursuit aujourd'hui.

Hélène est de ceux-là, notamment. 

On notera cependant que contrairement à Dorothée, la question de savoir si elle est "icône gay" ne se pose pas : le public à ses concerts n'affiche pas du tout la majorité homosexuelle flagrante chez Dorothée. Alors pourquoi ? Il y aurait de quoi longtemps débattre... :manif:

Modifié par Kumpel
orthographe
  • j'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Oui, mais là cela s'explique facilement par le texte de certaines chansons ("le crime de s'aimer", "androgyne"...) et des vidéos (le même "androgyne", "la belle histoire"...) Il semble même que cela soit une direction prise délibérément par l'artiste (et JLA ?).

Au contraire, les artistes sus-citées n'ont, me semble t-il, pas choisi ni même consciemment œuvré pour ça. Elles le constatent aujourd'hui, se rendent à l'évidence, en sont même parfois fières (Mireille Mathieu l'a déclaré, par exemple), mais cela ne relève d'aucun calcul préalable.

Modifié par Kumpel
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 46 minutes, Kumpel a dit :

mais cela ne relève d'aucun calcul préalable.

Hum, au départ peut-être, mais dans certains cas, je pense que calcul il y a une fois compris que ce public était "accroché", notamment Ysa ferrer (c'est flagrant) et, selon moi, Farmer aussi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On est d'accord. Je parlais bien sûr d'une absence de calcul au départ de la carrière. Mais il va de soi que, avec le temps, face à un constat comme celui-là, les artistes nécessairement, le plus souvent, ont pris en compte ce paramètre qu'ils n'avaient pas prévu.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je me suis toujours posé la question de ce phénomène d'icône gay. Qd j'ai compris mon attirance pour les mecs , j'ai découvert la culture gay aussi bien les films qui traitaient du sujet mais aussi ceux mettant en scène des homos.

Il y a bel et bien des icônes. Pourquoi 90% des homos aiment Céline ou Madonna, pas pour leur vie tragique... 

Moi je pencherais plutôt pour leur côté Diva, dans le bon sens du terme, pour le glamour et les paillettes: Céline, Dalida, Madonna, Mylène, Mariah, Beyonce, Cher, Barbra que des grandes stars, des faiseuses de tubes, des robes par milliers, des scènes flamboyantes et des chorégraphies magiques... Et je pense que c'est dans cette catégorie qu'on retrouve Dorothée ou Chantal Goya, elles nous ont fait rêver, ce sont des stars qui brillent ou qui ont brillé toute notre enfance, des poupées Barbies, des Wonder Women en puissance!

Par contre, quasiment que des femmes !?! A part le groupe Abba qui est mixte... Y a t'il des icones gay masculines? Peut-être que toutes ces femmes, icones donc, sont notre reflet féminin, pas les femmes que l'on voudrait épousé mais celle que nous voudrions être ? Un fantasme de la femme, fantasme asexué mais extasié.

 

  • Merci ! 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ce n’est pas une critique négative mais j’ai l’impression que tout ce qui touche à notre enfance est apprécié des lgbt on est peut être plus nostalgique, plus dans ke kitsch, la ou les autres auront peut être des goûts plus actuels, vivent au jour le jour. En tout cas perso j’en ai fréquenté des forums et je suis jamais tombé sur un fan de Douchka, Anne ou Goya hetero. Pour cette dernière il parrait que des parents, fans d’hier, emmène leur petit bout à ses concerts mais à mon avis ça doit être ponctuel, je pense pas qu’on les trouve sur des forum ou qu’ils vivent avec Chantal aussi souvent en tête que nous avec Do. C’est juste une idée hein une observation. 

Modifié par Davy
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

On peut ajouter un sondage pour avoir une idée du ressenti des membres de ce forum si vous voulez :P

  • j'aime 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, Davy a dit :

Ce n’est pas une critique négative mais j’ai l’impression que tout ce qui touche à notre enfance est apprécié des lgbt on est peut être plus nostalgique, plus dans ke kitsch, la ou les autres auront peut être des goûts plus actuels, vivent au jour le jour. En tout cas perso j’en ai fréquenté des forums et je suis jamais tombé sur un fan de Douchka, Anne ou Goya hetero. Pour cette dernière il parrait que des parents, fans d’hier, emmène leur petit bout à ses concerts mais à mon avis ça doit être ponctuel, je pense pas qu’on les trouve sur des forum ou qu’ils vivent avec Chantal aussi souvent en tête que nous avec Do. C’est juste une idée hein une observation. 

Quand elles étaient plus jeunes, j'ai emmené plusieurs fois mes enfants voir un spectacle de Chantal Goya. Elles aimaient beaucoup. Mais pour être honnête, ça m'a fait très plaisir à moi aussi de voir sur scène celle que j'avais aimé tout petit,et ça m'a ému. 

Il y a 2 heures, Simon a dit :

Je me suis toujours posé la question de ce phénomène d'icône gay. Qd j'ai compris mon attirance pour les mecs , j'ai découvert la culture gay aussi bien les films qui traitaient du sujet mais aussi ceux mettant en scène des homos.

Il y a bel et bien des icônes. Pourquoi 90% des homos aiment Céline ou Madonna, pas pour leur vie tragique... 

Moi je pencherais plutôt pour leur côté Diva, dans le bon sens du terme, pour le glamour et les paillettes: Céline, Dalida, Madonna, Mylène, Mariah, Beyonce, Cher, Barbra que des grandes stars, des faiseuses de tubes, des robes par milliers, des scènes flamboyantes et des chorégraphies magiques... Et je pense que c'est dans cette catégorie qu'on retrouve Dorothée ou Chantal Goya, elles nous ont fait rêver, ce sont des stars qui brillent ou qui ont brillé toute notre enfance, des poupées Barbies, des Wonder Women en puissance!

Par contre, quasiment que des femmes !?! A part le groupe Abba qui est mixte... Y a t'il des icones gay masculines? Peut-être que toutes ces femmes, icones donc, sont notre reflet féminin, pas les femmes que l'on voudrait épousé mais celle que nous voudrions être ? Un fantasme de la femme, fantasme asexué mais extasié.

 

C'est assez logique qu'il ne s'agisse que de femmes. C'est justement parce que ce sont des icônes à nos yeux, et donc par définition des figures intouchables. Alors que les hommes, tu en conviendras, on a tout à fait envie de les toucher.

  • haha 1
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Il y a 2 heures, Leto a dit :

On peut ajouter un sondage

Pourquoi pas, c'est vrai qu'il n'y en a pas beaucoup

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 22 minutes, Max85 a dit :

Pourquoi pas, c'est vrai qu'il n'y en a pas beaucoup

J'en ai rajouté un (sur ton seul avis :D )

Vous pouvez tous ajouter un sondage lorsque créez un topic ;)

Pensez à toujours mettre au moins un choix pour ceux qui n'ont pas d'avis, sinon c'est naze comme sondage :P

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

En fait, je dirais qu'une icone gay est avant tout une personne qui a pris publiquement position en faveur des communautés LGBT et qui utilise à cet effet sa notoriété.

 

Je pense à des gens comme Lara Fabian ou Juliette Gréco, mais je ne pense pas qu'on puisse les mettre dans cette catégorie car je ne vois pas trop de fascination de la part des fans.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

il y a 11 minutes, scot a dit :

En fait, je dirais qu'une icone gay est avant tout une personne qui a pris publiquement position en faveur des communautés LGBT et qui utilise à cet effet sa notoriété.

 

Je pense à des gens comme Lara Fabian ou Juliette Gréco, mais je ne pense pas qu'on puisse les mettre dans cette catégorie car je ne vois pas trop de fascination de la part des fans.

Pas d'accord :non:. Car dans ces cas-là, on croule sous les icônes gay. Un exemple au hasard, le journaliste et présentateur Yann Barthès, qui propose régulièrement dans son émission des reportages visant à défendre les droits et libertés des communautés LGBT, est une icône gay !!? :rolleyes:

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
 Share

×
×
  • Créer...