Aller au contenu
Axwell

Rachel Zeffira

Messages recommandés

Axwell

 

LFW_Rachel_Zeffira.png

 

 

 

Le premier album de Rachel Zeffira est déjà sorti en Angleterre, mais il faudra attendre le 21 janvier pour voir arriver "The deserters" dans les bacs français.

Rachel Zeffira s'est pendant longtemps destinée à une carrière de chanteuse d'opéra avant de se diriger vers la pop via le groupe Cat's Eyes.

Son premier album solo, bâti sur une base d'instruments classiques (piano, harpe, orgues...) sert de support à sa voix, vaporeuse et cristalline. Entre Charlotte Gainsbourg et Enya (et là... tout le monde s'enfuit ! :D)

 

rz-cd500-tt-width-360-height-342-attachm

 

 

Citation

Rachel Zeffira : le fantôme de lopéra

Échappée de Cats Eyes, la chanteuse Rachel Zeffira prolonge sa renaissance pop sur un premier album solo majestueux.

 

Que font les jeunes femmes de 30 ans qui résident à Londres quand leur salaire arrive sur le compte en banque ? Rachel Zeffira, elle, fonce aux studios Abbey Road. Canadienne exilée dans la capitale anglaise, elle a ainsi dépensé tout son argent de poche dans la location des mythiques studios. Cest là quelle a enregistré la dizaine de chansons qui composent The Deserters, un premier album solo de toute beauté. À lheure actuelle, je pourrais probablement être lheureuse propriétaire dune belle voiture ou dune petite maison, sourit-elle.

Longtemps, Rachel a été chanteuse dopéra, se produisant dans les cathédrales et même au Vatican pour le pape. Quand elle se souvient de ces années-là, la jeune femme évoque les corollaires indissociables de la pratique : rigueur et discipline. Je devais protéger ma voix. Parfois je ne pouvais communiquer que par écrit. Si jallais dîner chez des amis, je leur demandais de mettre davantage le chauffage. Jévitais lair conditionné. Cétait un mode de vie très contraignant et au final très égoïste.

 

Du reste, il aura suffi dune seule critique négative pour que la chanteuse décide de mettre un terme à cette carrière. Un jour un journaliste a écrit que je ne savais pas chanter. Cétait terrible. Je me suis dit que sil lavait écrit, cela signifiait quil avait raison. Jai gardé larticle dans mon salon, je ne pouvais même plus toucher le magazine. Jai essayé de remonter sur scène, mais jétais persuadée que le journaliste était dans la salle. Jai commencé à annuler mes performances. Puis jai décidé de tout arrêter.

 

Lhistoire aurait pu sachever là. Cétait compter sans la rencontre, en 2008, avec Faris Badwan, tête pensante de la formation indie-shoegazing-rock The Horrors. Convaincu du talent de la demoiselle, et soutenu dans ses convictions par Bobby Gillespie de Primal Scream, il encourage Rachel à reprendre le chant en toute liberté, sans les contraintes du chant classique. Hier chanteuse dopéra, Rachel Zeffira devient alors chanteuse de pop, et trouve dans Cats Eyes, le duo quelle forme bientôt avec le jeune Anglais, la plus belle façon de renaître.

Alors que la paire enregistre son premier album un resplendissant disque de pop spectorienne qui finira haut placé dans les palmarès de 2011 , le garçon défie la jeune femme de revisiter un titre de My Bloody Valentine. Elle choisit To Here Knows When, quelle plonge dans un déluge de churs vaporeux. Jai repris peu à peu confiance. Bientôt jai commencé à écrire des chansons. Et jai fini par en avoir assez pour faire un disque.

 

Celui-ci se nomme The Deserters et déroule une dizaine de torch-songs majestueuses, quagrémentent des orchestrations cinématographiques. Portée par des harpes, des cordes, des pianos et des orgues en rafales, Rachel Zeffira sinscrit dans la lignée des plus grandes poétesses pop méconnues de lhistoire : on croit parfois déceler en elle une descendante de Margo Guryan (Here on in), une copine de Claudine Longet (Front Door).

La force de The Deserters, par ailleurs, réside dans la façon dont le disque évite lécueil de la nostalgie en nichant lécriture classique de la musicienne dans un flacon plus moderne. The Deserters croise ainsi lécriture savante des sixties avec le spleen vaporeux de My Bloody Valentine ou des Cocteau Twins (Break the Spell, Silver City Days). Après Cats Eyes, le Cat power.

Source : Les Inrockuptibles - http://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/rachel-zeffira-le-fantome-de-lopera/

 

 

Break the spell

 

 

The deserters

 

 

Here on in

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×