Aller au contenu

Björk


Leto
 Share

Evaluez votre intérêt pour cette artiste !  

20 membres ont voté

You do not have permission to vote in this poll, or see the poll results. Veuillez vous connecter ou vous inscrire pour voter dans ce sondage.

Messages recommandés

En passant une photo montage à l'aide d'une pochette :P

bjork.png

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le clip (et la musique par la même occasion) du 1er single "Atopos" :

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Au début, le rythme reggeaton et sa mise en avant m'a dérouté. Il y a eu un côté "oh non pas elle..." puis j'ai pensé à "Enjoy" qui m'avait plus pour ce côté "je danse à la maison". Les instruments à vent m'ont fait penser à ce que je n'aimais pas dans le côté brut de "Volta". 

Au fil des écoutes, la construction sauve le tout, on commence par être entraîné par le mid-tempo, on se pose dans le canapé pour lire un livre puis on se relève pour danser et d'être pris par un subite envie de faire le clown en sautant partout. Au casque, le relief des sons (rythme, infrabasse, clarinette) passant d'une oreille à l'autre donne une bonne dynamique même si c'est moins sculpté qu'Utopia. 

On est loin d'un "Pagan poetry", c'est nettement en dessous car ce n'est pas le même délire. 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Wow c'est tendu

Perso je passe sans arrêt du "je deteste" à "ça c'est pas mal" puis à "c'est une blague" puis à "c'est une pu.... d'artiste quand même"


Les clarinettes me font penser à la cantina de Star Wars, c'est aussi mélodieux :laugh: 

C'est vraiment pas sur que j'y revienne, mais l'appât pour son univers et la beauté de ses clips font souvent le job

Modifié par Ygrek
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'est vraiment l'artiste reconnue la plus déroutante qui soit : au bout d'une écoute d'un titre, je ne sais quasiment plus jamais quoi en penser, et bien là c'est encore pareil.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le clip du second single "Ovule" vient de sortir. Sur ce coup, elle a un coup d'avance sur celui de Mylène, c'est très beau. Musicalement et visuellement, c'est c'est bourré de références à sa carrière. 

C'est plus posé, le côté gabber n'est pas utilisé frontalement comme sur Atopos. 

 

Bjork : Ovule (2022)

 

 

Modifié par mindscape
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

J'ai un soucis entre la musique et l'interprétation, j'ai l'impression que les deux sont bons pris séparément mais ont du mal à s'imbriquer. Du coup, Atopos semble mieux construit. 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Je suis assez d'accord avec vous 2 aussi. 

Et ce qui me dérange de plus en plus sur ses morceaux, c'est que pour les paroles : ça se limite à une succession/énumération de mots mis et presque "lus" les uns derrière les autres, limite sans cohérence ... il n'y a plus de couplets/refrains. Certes ce n'est pas nouveau chez elle, mais j'ai l'impression que c'est de pire en pire et que d'un point de vue mélodie pour poser les mots, c'est plutôt simpliste par rapport à ce qu'elle a fait par le passé. C'est dommage car ces 2 morceaux me branchent plus que la majorité des titres des 2 derniers albums mais bon, ... peur encore d'être déçu et de rester sur ma faim.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Nouvel extrait

 

Björk : Ancestress

 

 

Musicalement, c'est plus léger et aérien, plus dans l'esprit de Vespertine. J'aime assez :) 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Le clip est sublime, il est raccord avec les sons de cloches. Avec ces 3 titres, "Fossora" semble assez riche. 

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Déjà un 4ème extrait. Je ne comprends absolument pas l'intérêt de tout dévoiler en singles (?) avant la sortie de l'album mais bon...

Le titre éponyme est un peu plus accessible (même si tout est relatif :D ) mais surtout elle chante vraiment au lieu de parler.

 

Fossora

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

C'était déjà un peu le cas sur l'album précédent mais c'était un single par mois et non un par semaine. 

D'un côté, dégainer 3 clips en deux semaines permet de se faire une idée sur les orientations de "Fossora", d'un autre on n'a pas le temps de s'y faire, de prendre le temps d'ingurgiter le morceau...

Je me rappelle de "Post" découvert un an à sa sortie via la médiathèque, avec le peu de singles qui était arrivé jusqu'à mes oreilles, il y avait des choses intéressantes et d'autres qui ne m'ont pas interpellé. 3 ans après, je le réécoute et, à part "Isobel", j'ai tout adoré, "Homogenic" m'ayant aidé à aller au delà de "Violentely happy".

25 ans plus tard, comme tout est basé sur l'immédiateté, le zapping et le leak, ça ne laisse pas d'autre choix à une artiste comme Bjork d'utiliser ces codes tout en étant cohérent pour présenter le mieux possible l'univers d'un album. Je pense que sur ce coup, elle s'en sort pas mal.

 

J'adore le dernier titre, il m'a donné envie de bouger au fil de sa première lecture sans pour autant aller dans un délire qui me ferait sauter dans tout les sens, ce côté gabber est utilisé pour fondre dans son univers pour construire une progression comme des champignons qui pousseraient dans un film accéléré pour lâcher ses spores. 

Modifié par mindscape
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Après quelques écoutes, voici les premières impressions. Depuis "Vulnicura", je suis globalement satisfait des propositions. Celui-ci a comme "Utopia", une belle identité sonore.

 

Points positifs : Se nourrissant de l'album précédent, c'est un ensemble varié et cohérent, le mixage et le mastering sont impeccables mettant en relief les voix et les sons.

Ce qui a été annoncé au début de l'année (des titres calmes avec une fin explosive) est moins présent, c'est juste la structure d'Atopos. Le côté dansant annoncé laisse place aux nuances et aux variations de rythmes inspirés du gabber selon les morceaux donnant une connexion avec "Homogenic" et "Utopia".

L'album réserve de bonnes surprises avec des univers sonores jamais entendus dans un album de Bjork ("Victimhood" en tête) même si le lien de parenté avec "Medulla" est la première caractéristique qui ressort après une écoute.
Sur 13 titres, il n'y en a qu'un que je laisse sur le côté, c'est le morceau en islandais s'il est pris seul (c'est aussi le plus court). 
Point négatif, probablement l'ordre des morceaux qui parasitent certaines transitions entre deux ou trois morceau et un développement avorté sur "Freefall".

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
 Share

×
×
  • Créer...