Aller au contenu

1997-98 : quel chaos !!!


Luchikkk

Messages recommandés

Hello ! C'est la première fois que je poste sur ce forum :sournois:

Alors déjà, je tenais à exprimer toutes mes félicitations pour cette initiative pharaonique de répertorier tous les classements clubs depuis 1977 !!! J'ai cherché un tel site avant qu'il n'existe, un grand merci pour l'avoir créé ! Ainsi je peux rattraper les années où j'ai été moins assidu (1997-2003), et c'est un vrai plaisir de retrouver sur youtube des titres dont j'étais passé à côté où sur lesquels je n'arrivais pas à mettre un nom.

J'ai repris les classements pour les mettre en tableaux, ce qui est plus parlant quant à l'évolution des titres... Et je suis assez scié par les classements de 1997 et surtout 1998 ! En 1991-1995, arriver parmi les 5 premiers pour un titre, c'était déjà un gros succès, et généralement il y restait pour un bout de temps (trop peut-être)... En 1998, un titre entré dans les 20 premiers sur 8 allait devenir n°1 !!! Sans parler de l'aspect baroque du classement (DJ Fred et Arnold T qui passent de la 11e à la 1ère place, puis à la 10e avant de sortir du classement la semaine suivante, même topo pour Lutricia Mc Neal avec "My Side of Town", ou Time Stetcher, qui sort direct du classement avec "Voo Doo Yoyo" alors qu'il était 2e)...

D'ailleurs je me souviens qu'à l'époque, je n'étais pas là tous les samedis après-midi pour écouter le classement, et quand je loupais 2 semaines, je ne reconnaissais plus rien !!!

Y a-t-il une explication à un tel chaos ? Ce serait tentant de faire le parallèle entre ces bizarreries et la déliquescence qualitative de la dance à cette époque...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce serait tellement plus simple si les petits nouveaux savaient se servir de la fonction "recherche".

(Traduction : on en a déjà parlé 10 fois, Luchikk, regarde dans les vieux topics, moi j'ai la flemme)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce serait tellement plus simple si les petits nouveaux savaient se servir de la fonction "recherche".

(Traduction : on en a déjà parlé 10 fois, Luchikk, regarde dans les vieux topics, moi j'ai la flemme)

Si c'est du post "1998 annus horribilis" que tu parles, je l'avais déjà lu, comme la plupart des autres, avant même d'être inscrit. Je ne vois pas ce que ce post a à voir avec le mien. Hormis dans ma dernière phrase, mon propos n'était pas de commenter la qualité de la musique de l'époque, mais de comprendre pourquoi le classement est devenu aussi chaotique, avec titres qui font le yoyo du haut au bas du classement, des n°1 kleenex qui disparaissent aussi vite qu'ils sont apparus etc. alors qu'encore deux ans auparavant, les parcours des différents titres étaient beaucoup plus classiques (progression-stagnation-chute).

Enfin bon, je pose peut-être des question con, désolé...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, pour faire court, je vais quand même répondre :

qu'est-ce que c'est un Hit Des Clubs ? c'est un institut de sondage avec un panel de DJ qui propose ce classment financé par les labels qui peuvent ainsi évaluer la popularité de leurs signatures. Au cours du temps, les méthodes changent, les panels aussi, mais une dominante reste, moins présente durant la période 97/98 et archi-présente aujourd'hui, la promo intensive. Durant la période 91/92, les premières places variaient donc très peu et il y avait très peu de modifs dans le top 10, d'où des énormes longévités de titres. Un fonctionnement caractéristique d'un système promotionnel "bloqué" autrement dit les mecs responsables de la promo-clubs des gros labels ont suffisamment d'influence (de moyens) pour s'assurer que les DJ vont jouer à fond leurs objectifs et ne pas en varier.

La diffusion radio, importante pour Media Control, a changé la donne, un classement bloqué c'est chiant, donc des modifs de panel, de systèmes de comptage... donc on libère tout ça petit à petit pour avoir un classement plus évolutif (de toute façon vu l'énorme marché concurrentiel des produits club de 93 à fin 90's c'était inévitable) et on passe à un système de turn-over important, où il faut que ls DJ soient suffisamment bons pour être starters sur les news et réactifs pour beaucoup faire évoluer leur prog. Ca a pris de l'ampleur durant les dernières années des 90's à tel point que ça donnait un classement ou un titre pouvait etre 40eme puis 3eme puis 12eme puis 1er puis 8eme etc... et là c'est la radio qui gueule parce que le public arrive plus à suivre et ne comprend plus ce qui se passe, et les labels aussi parce qu'ils arrivent pas à évaluer correctement le potentiel des titres, et à les imposer aux directeurs d'antenne de FM généralistes et s'assurer des bonnes ventes de singles... d'où la fin du classement de Media Control.

Quand ça ne bouge pas beaucoup, c'est mauvais signe, ça veut dire que les DJ ne foutent pas grand chose, ils se contentent de jouer tjrs les mêmes trucs et surtout que les labels ont totalement l'emprise sur eux et qu'à ce petit jeu là, ce sont tjrs les plus gros labels qui gagnent en parvenant à imposer leurs objectifs plus haut car plus de moyens. on en arrive à des aberrations comme le stratagème Yacast des 16 semaines où personne ne s'y retrouve et où les gros labels dance sont tous mourants...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, pour faire court, je vais quand même répondre :

qu'est-ce que c'est un Hit Des Clubs ? c'est un institut de sondage avec un panel de DJ qui propose ce classment financé par les labels qui peuvent ainsi évaluer la popularité de leurs signatures. Au cours du temps, les méthodes changent, les panels aussi, mais une dominante reste, moins présente durant la période 97/98 et archi-présente aujourd'hui, la promo intensive. Durant la période 91/92, les premières places variaient donc très peu et il y avait très peu de modifs dans le top 10, d'où des énormes longévités de titres. Un fonctionnement caractéristique d'un système promotionnel "bloqué" autrement dit les mecs responsables de la promo-clubs des gros labels ont suffisamment d'influence (de moyens) pour s'assurer que les DJ vont jouer à fond leurs objectifs et ne pas en varier.

La diffusion radio, importante pour Media Control, a changé la donne, un classement bloqué c'est chiant, donc des modifs de panel, de systèmes de comptage... donc on libère tout ça petit à petit pour avoir un classement plus évolutif (de toute façon vu l'énorme marché concurrentiel des produits club de 93 à fin 90's c'était inévitable) et on passe à un système de turn-over important, où il faut que ls DJ soient suffisamment bons pour être starters sur les news et réactifs pour beaucoup faire évoluer leur prog. Ca a pris de l'ampleur durant les dernières années des 90's à tel point que ça donnait un classement ou un titre pouvait etre 40eme puis 3eme puis 12eme puis 1er puis 8eme etc... et là c'est la radio qui gueule parce que le public arrive plus à suivre et ne comprend plus ce qui se passe, et les labels aussi parce qu'ils arrivent pas à évaluer correctement le potentiel des titres, et à les imposer aux directeurs d'antenne de FM généralistes et s'assurer des bonnes ventes de singles... d'où la fin du classement de Media Control.

Quand ça ne bouge pas beaucoup, c'est mauvais signe, ça veut dire que les DJ ne foutent pas grand chose, ils se contentent de jouer tjrs les mêmes trucs et surtout que les labels ont totalement l'emprise sur eux et qu'à ce petit jeu là, ce sont tjrs les plus gros labels qui gagnent en parvenant à imposer leurs objectifs plus haut car plus de moyens. on en arrive à des aberrations comme le stratagème Yacast des 16 semaines où personne ne s'y retrouve et où les gros labels dance sont tous mourants...

Merci pour ces éclaircissements, je comprends déjà mieux !

Question naïve encore : dans un tel contexte, quelle marge reste-t-il aux goûts des DJ (car j'imagine qu'ils doivent bien avoir envie de promouvoir leurs coups de coeur). Y a-t-il des exemples de morceaux qui aient réussi à s'imposer sans une grosse promo derrière ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ces éclaircissements, je comprends déjà mieux !

Question naïve encore : dans un tel contexte, quelle marge reste-t-il aux goûts des DJ (car j'imagine qu'ils doivent bien avoir envie de promouvoir leurs coups de coeur). Y a-t-il des exemples de morceaux qui aient réussi à s'imposer sans une grosse promo derrière ?

Pas récemment non, un DJ qui veut promouvoir ses coups de coeur n'est pas inscrit dans un panel Yacast ou même DJBuzz à la rigueur car il se verrait privé d'une grande marge de liberté. En plus pour pouvoir le faire, il faut qu'il ait réussi à imposer son style à la clientèle ou qu'il ne reprenne pas une piste laissée vacante par un autre DJ, qui logiquement est confronté à la fréquentation ultra jeune des clubs et une énorme difficulté à ne pas jouer une prog ultra conformiste. Enfin pour être N°1 du HDC, c'est désormais impossible si le titre n'est pas signé sur un label de première importance, avec une équipe de promo expérimentée et influente. Pas d'intérêt, donc.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité RADIOPIRATE

un DJ qui veut promouvoir ses coups de coeur n'est pas inscrit dans un panel Yacast ou même DJBuzz à la rigueur car il se verrait privé d'une grande marge de liberté.

Drôle de raisonnement ... ca doit etre pour celà qu'on a dans le panel tout un tas de dj's qui font la promo de ce qu'ils detestent.

Pas etonnant que le disque se vend de moins en moins !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant
×
×
  • Créer...