Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes 'club'.

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Artistes & groupes
    • Musiques électroniques : clubbing old school
    • Musiques électroniques : clubbing moderne
    • Musiques électroniques : pop synthétique
    • Pop, rock & variété internationale
    • Chanson francophone
    • Top délire méga groove
  • Musique
    • Blabla musique
    • Le Hit Des Clubs / Classements
    • Espace Clubbers
    • Labels & compilations
    • Médias
    • Samples, covers & reprises
    • Festivals & concerts
    • Collectionner les disques
    • Lexique musical
    • Identification
  • Communauté
    • Présentation
    • Petites annonces
    • Jeux
    • Blabla
  • A propos du site
    • Le forum
    • Le site
    • Boite à idée
  • Allo Dorothée !
    • On l'appelle Dorothée
    • Bonheur City
    • Le bureau des objets trouvés
    • Radio Wowo
    • Les filles et les garçons
    • Allo allo monsieur l'ordinateur

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

  1. mindscape

    La Pyramide (Serques)

    Comme le nuage de Tchernobyl, le séisme qui a fait connaitre au reste du monde la New-beat, les premiers temples dédiés au style jusqu'à la mutation de sa techno hardcore ne s'est pas arrêté à la frontière. L'onde choc a traversé le Nord-Pas-de-Calais attirant les frontaliers à danser jusqu'à l'aube, écumant parfois plusieurs clubs au fil des apparitions des établissements. Depuis des années, les radios avaient inconsciemment préparés le terrain en diffusant massivement les titres passés inaperçus dans les autres régions de France. "Spike Jones" de Telex, "Money is Honey" de Zinno ou "Where are you?" de 16bit. Tout amateur de musique dance, habitant cette région, dira qu'il avait découvert sur Fréquence Nord, Radio Corsaire ou Radio Metropolys. Puis au printemps 1988, "Cocaine" de The Maxx annonçait les festivités. En quelques mois, la programmation radio s'en est retrouvé transformée. Un an après, les badges smiley se vendaient comme des petits pains et envahissaient le collège, je me revois découvrant l'album d'Amnesia diffusé à la cantine ou "Jesus love the acid" de The Electric Ecstasy club" qui sortait d'un Ghetto blaster qu'une fille écoutait dans les toilettes. Même mon père adorait les détournements du "Delit d'initié" du groupe Scandale ... Quelque chose avait changé. J'étais trop jeune pour sortir, enfin non, je n'étais pas dans la "bonne" famille. Ceux qui sortaient, c'était mes cousins tout juste majeurs qui n'avaient que quelques kilomètres à pied pour sortir dans une boite à la Panne. Habitant la cambrousse avec des parents qui n'avaient pas encore le permis, je n'ai pas été habitué à partir sur un coup de tête pour sortir. Puis j'étais trop passionné parce que j'entendais à la radio, enregistrant ces nouvelles musiques, même si c'était avec quelques semaines de retard par rapport au clubber. S'il y a bien eu un fil rouge témoin de cette mutation, c'est celui d'un club en France : La Pyramide de Serques. Les publicités radios relayaient pendant la seconde partie des années 80 les artistes qui se produisaient tous les week-end. Si la boite annonçait la chanteuse Sandra à la fin de l'année 1986, trois ans plus tard, c'est la première fois que j'entendis parler du groupe Technotronic avant l'explosion que l'on connait. Mais quelques mois avant, c'est surtout "Ciel mon Mardi" qui lui fit une sale publicité. Localement, ce sera Evelyne Thomas qui sera chargée de redorer le blason de la boite qui s'était inscrit dans la tendance. Les doigts dans la prise (FR3) : Pyramide / Skyline / Newbeat / Acid-house J'ai vécu l'automne 1991 comme une seconde onde de choc. Alors que les radios diffusaient un mélange improbable entre le meilleur et le pire, prenant soin d'écarter l'héritage de la Newbeat, Radio Metropolys pris le pari fou de programmer une émission entièrement dédiée à la techno qui s'imposaient dans ces grands temples avant que la naissance de M40 lui coupe le sifflet (suite à la fusion entre Maxximum et Metropolys). Pour se rendre dans les grands clubs belges, il fallait faire des kilomètres de plus par rapport aux Lillois (deux heures à Anvers, un bonne heure pour Menin) et dans les relations de Lycée des fans du genre car tous allaient plutôt dans les clubs généralistes situés entre Dunkerque et Cassel qui se permettaient de tout mélanger. Pour se rendre à la Pyramide, il fallait également faire une petite heure. Pris dans les études, je me suis dit que ce serait pour plus tard. Je me suis rendu pour la première fois deux ans plus tard pour fêter la fin d'un semestre avec quelques amis qui m'avaient proposé d'y aller. Le club avait suivi les tendances en diffusant des titres allant "The first rebirth" de Jones & Stephenson au "Can you see it" de Kafé. On y est retourné plusieurs fois. Généralement, on y allait entre minuit et cinq heure du mat. Comme son nom l'indique, l'établissement avait une forme pyramidale (elle avait même fait l'objet d'une couverture du magazine Trax, il y a une paire d'années), je crois qu'on pouvait la distinguer à plusieurs kilomètres grâce au faisceau lumineux qui était diffusé vers le ciel. L'intérieur était construit comme une pyramide inversée, les bords étaient surélevés par rapport à la piste centrale, il y avait une scène en face pour les artistes qui s'y produisaient. J'ai déniché quelques vidéos d'époque, pendant ses heures de gloire. Le 05.11.1989 Le 07.07.1990 (Live d'Amnesia) Le 21.07.1990
  2. Lycanos

    [Event] Cherry Moon (Lokeren)

    La prochaine soirée du Cherry Moon pour le retour à sa maison natale, le 1 octobre 2021 :
  3. Bidoul

    At The Villa (Kooigem)

    At The Villa (1988 - 1994) 6 years of madness Il y aurait tellement à dire sur ce Club !... Difficile d'en parler, sans rien oublier. Mais je vais essayer. Nous voilà en 1988, j'ai seize ans, les jeunes Français trainent dans des Clubs comme le Show Boat, le Number One, la Bush et j'en passe. Où l'alcool coule à flot. Toujours dans une ambiance festive made in Belgium. Cependant, dans quelques Clubs underground comme le Skyline, le Chepos, le Boccaccio ou encore le Fifty Five, un nouveau son gagne la Belgique et la frontière Franco/Wallone. La Techno ! Au sortir de la Newbeat récupérée par les grosses maison de disque, devenue commerciale et disponible sur les ondes hertzienne, se prépare LA révolution électronique. De petits clubs intimistes voient le jour. "La villa" en fait parti. - "Tu sors où ce we ?" - "A la Villa, c'est sur !" Si vous avez vu le sketch de Maxime - le videur l'entrée At the Villa, c’était un peu pareil. Il faut une carte de membre pour rentrer. - "Mais comment on fait pour avoir une carte de membre ?" - "Je sais pas, faut voir ça à l’intérieur." En insistant un peu ou en revenant avec une tenue plus excentrique, on arrive à rentrer. Mais garde ton ticket car au bout de 3, t'as ta carte de membre ! (ne la perds pas) La première ressemblait à ça : La deuxième à ça : L'entrée se fait par ce patio que l'on aperçoit sur cette photo. Derrière les brise vue, la terrasse où tu passera des heures à discuter avec un parfait inconnu, à qui tu ne pourras pas refuser une bière au bar une heure plus tard. Une fois rentré, passé le couloir, tu arrives sur le bar. A gauche se dessine le dance floor. 2 podiums, entre coupé d'un sol plus bas, puis au fond le DJ et enfin "l'aquarium", petit espace vitré, un peu plus tranquille pour discuter et te désaltérer. Derrière le bar, une zone fauteuil et coussins plus confortable. Les connaisseurs et habitués se rappelleront du ventilateur au fond des podiums, seul refuge pour un regain de fraicheur, car à la Villa, il faut chaud ! L'ambiance est hallucinante de gentillesse, de sourires, de regards, de complicité. Tout le monde est chaud, prêt à une seule chose, LA FÊTE ! Et ce, jusqu'aux derniers. Laurence VanLoo (dirigeante) avait pour habitude de ne fermer qu'une fois le public parti. Autant vous dire qu'il n’était pas rare en plein été de finir la "soirée" aux alentours de midi. La trait de caractère de la Villa était l'ambiance. Que les amoureux de ce site auront surement eu du mal à retrouver par la suite. A moins de faire quelques dizaines de kilomètres et de se rendre à La Rocca. (qui nécessite d'ailleurs un topic à part entière). Jusqu'au jour tragique : 1994-06, j'ai ma première permission (service militaire) et qu'est ce que l'on m'annonce ? - "t'es pas au courant ?" - "Quoi ?" - "Ben la villa a brulé !" - "Ouais, trop drôle. Bon qui nous emmène ce soir ?" - "Nan, mais je suis sérieux ! Elle a vraiment brulé..." - "Put**n, tu trouves ça marrant ?" - "Bon Alex, dis lui, il me croit pas !" - "Naaaaann.................." Bon ca nous a pas empéché d'aller sur place, de recuper quelques vestiges. Une vis du bar, un bout du carrelage du podium, sur lequel on a usé nos "converses all star".... La fin d'une époque. Pas assez de mots pour décrire ce qui se passait là-bas, dans ces années là.
  4. Lycanos

    Palladium (Baisy-Thy)

    PALLADIUM (Baisy-Thy) Etonné qu'on n'ait pas encore parlé de cette mythique discothèque qui eut un succès immense dans les années 90 : Le Palladium. Tant mieux pour moi. Etant au départ, une ferme située à Baisy-Thy, en Belgique, le Palladium peut se résumer en deux points : - ce fut le siège de 10 Qu'on Aime, une émission TV musicale belge du début des années 90, animée par Sandra Kim et Alain Simons, et accompagnée de représentation d'artistes (entre autres Confetti's, Benny B, Pleasure Game, ...) sur scène ainsi que de hits parade. https://www.rtl.be/people/tele/news/10-qu-on-aime-pour-toujours--622135.aspx - ce fut un Mega-Dancing au succès très dominant sur la Wallonie, dans la seconde moitié des années 90. On y jouait un peu de dance, de la house, hard house, techno, trance, euro trance des années 90 et début 2000. De très bonnes compilations mixées Palladium sont sorties entre 1997 et 2001 : https://www.discogs.com/fr/label/816638-Palladium-9?sort=year&sort_order=asc (en attendant le topic à venir) Oui, ce fut car, malheureusement, le Palladium a été démoli en 2016 après avoir fermé ses portes pendant un certain temps : https://www.7sur7.be/belgique/le-palladium-disparait-pour-de-bon~aab529a9/?referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com%2F Il faut dire que c'était devenu une véritable épave. Bien que je collectionnais les compilations, je n'ai pas eu l'occasion de vivre la véritable ambiance dans son bâtiment qui fut, en quelque sorte, son corps. Alors, voici un lien qui parle de son histoire et de son univers : https://retrotracks.forumactif.org/t829-palladium-baisy-thy-be Heureusement, son âme est toujours là et se manifeste depuis la fin des années 2000, par les Soirées Palladium qui se font, encore de nos jours, à différents endroits de la Wallonie. Cet âme est donc toujours aussi intense puisque chaque soirée a droit à sa compilation. J'ai d'ailleurs participé à la quatrième soirée qui fut évoquée ici. Dommage qu'on ne retrouve pas de vidéo avec les soirées de la discothèque d'origine. La prochaine soirée aura lieu le 6 novembre, à La Louvière :
  5. Sangore

    Cherry Moon (Lokeren)

    Le Cherry Moon est l'une des grandes discothèques les plus populaires de Belgique. Située à Lokeren, elle a ouvert en 1991 et a définitivement fermé en 2013. Aujourd'hui, ce qui existe encore, ce sont de ponctuelles soirées Cherry Moon, organisées pour les nostalgiques du club. Entre 1991 et 2013, il y a eu plusieurs fermetures temporaires et changements : en 1993, les autorités communales l'ont obligé à fermer pour une durée de 3 mois ; après la soirée du 31 décembre 2005, son fondateur, Rudy Pincé, décide de fermer la discothèque et l'endroit sera ensuite loué à d'autres clubs (cf. notamment le Koloso) ; en 2008, réouverture du Cherry Moon par Rudy... jusqu'en 2013, donc. À noter qu'en 2019, au même endroit, est inauguré le Radar (une salle pour divers événements), qui assure un lien avec l'ancien Cherry Moon (https://radarbelgium.be/). Quelques exemples parmi d'autres de DJ's qui y ont été résidents : Franky Kloeck, Yves Deruyter, Mike Thompson, Dave Davis, DJ Ghost, Youri Parker,... Vous trouverez ici une interview avec le fondateur du Cherry Moon et d'autres personnes qui y sont liées : https://www.vice.com/fr_be/article/bjwvm8/on-a-parle-du-clubbing-belge-des-annees-1990-avec-les-gars-du-cherry-moon Le site Internet du Cherry Moon : http://www.cherrymoon.com/ La page Facebook : https://www.facebook.com/cherrymoonclub/ Vu son succès, il y a eu toute une série de choses autour du club en lui-même. Par exemple : - des compilations : https://www.discogs.com/label/55803-Cherry-Moon - un projet réunissant quelques-uns des grands DJ's résidents (dont Yves Deruyter), Cherry Moon Trax : https://www.discogs.com/artist/204050-Cherry-Moon-Trax qui a d'ailleurs déjà son topic sur le forum : https://www.soundamental.org/forum/topic/3756-cherry-moon-trax/ - et, du coup, ses anthems, dont The House of House, Let There Be House, In My Electric House... Au passage, on se réécoute ce modèle du genre, cette perle qu'est The House of House : Quelques vidéos de soirées au Cherry Moon : N'hésitez surtout pas à partager avec nous tous vos souvenirs liés à cette mythique discothèque !
  6. Ce groupe britannique a débuté à la fin des 90's et a splitté au début des 2000's pour se reformer il y a 3 ans... Leur nouvel album vient de sortir et les 2 premier singles sont efficaces je trouve, dans un style "Pots Abba" : Steps - Something In Your Eyes (Official Music Video) Steps - What The Future Holds (Official Video)
  7. Boccaccio Life Sans nul doute, le premier méga-dancing de musique électronique Belge. Les particularités du Boccaccio Life étaient : Un système son jamais vu ou plutôt entendu pour l’époque, plus de 20.000 Watts de son. Un public hétéroclite. Un lieu d'expérimentation musicale. Jamais jusqu'alors, on avait fréquenté un lieu de la sorte. c’était immense, c’était beau, c’était fort ! Dès les premiers mètres aux abords du parking, vers 23h15, car rappelons le, nous n'avions que 18-19 ans., La première chose qui nous marque, c'est ce son. On a l'impression de se rapprocher d'une usine de forgeron. La bâtiment est blanc, immense, le son est cadencé. Connaitre ça à 20 ans, alors que la France écoute de la soupe de New-Wave et de la variété, en Belgique se prépare la révolution des 90's, celle qui nous marquera à vie. A l'angle du parking, on aperçoit la queue pour rentrer. Les cheveux en l'air ou en bas, le pantalon flottant ou serré, les insignes, les chaussures, les ceintures... On aperçoit enfin la porte, il est 23h55. Le videur nous dévisage. Allons nous nous faire jeter ? Le videur tends le bras, mais c'est pour nous faire rentrer, la porte s'ouvre, la chaleur s’échappe, et toujours ce son, de plus en plus fort. C'est brutal, c'est mécanique, c'est hypnotique. Tu n'as jamais connu ça ou entendu ça. Après un rapide couloir, tu rentre dans le "temple". Et là c'est la claque ! Les basses te transperce, la foule qui danse, les lumières, les lasers, et les regards. Dans un (im)monde où plus personne ne se regarde, ici ça sourit, ça interagit. On y croise des Flamands, des Wallons, des Français, des Hollandais. Mais aussi des Anglais, des Allemands, des Luxembourgeois et autres outre Atlantique. Comme en témoigne le TSOB, le Boccaccio était surtout une zone expérimentale pour les compositeurs. Plusieurs maison de disques venaient y passer leur création au court des soirées. On pouvait entendre un tube sortir le samedi et devenir une hymne le samedi suivant. ********************************************************************************************************************************************************************* Une Tribute au Boccaccio: Boccaccio Life Destelbergen Boccaccio Life Destelbergen (1992) Boccaccio life destelbergen + Razzia Source Wikipédia : Les débuts Le Boccaccio a été créé en 1963 par Robert et Dirk De Maesschalck (père et fils) à Destelbergen près de Gand. À ses débuts, l'établissement n'était qu'une salle de fêtes très locale. Il faudra attendre l'arrivée d'un jukebox en 1964 pour devenir l'un des plus grands dancings de Belgique4. Le bâtiment se situant à côté d'un étang, celui-ci fut décoré comme un navire. Beaucoup d'éléments qui agrémentaient l'intérieur du club étaient issus du monde de la marine. Le Boccaccio s'est développé très rapidement sur le plan technique et a conquis une forte renommée dans la région de Gand. On pouvait y danser sur le disco, la soul, le funk des années 1970 et 80. Parmi les disc-jockeys qui y travaillaient, les deux DJ's les plus connus des années 1975 à 1985 étaient Dick Van Gelder et Phill Watts. 1986, le renouveau Le succès continua jusqu'en 1985, date à laquelle une nouvelle discothèque fut bâtie non loin : le Carrera. Afin de relancer le club face à la concurrence, Dirk et Robert se déplacèrent jusqu'en Angleterre afin de découvrir ce qui se faisait de mieux là-bas. Ils revinrent avec deux nouveaux concepts dans leurs valises : un nouveau système de lumières et de son. Le résultat de cette expédition fut visible dès 1986 : le Boccaccio était la plus grande discothèque de Belgique, possédant les toutes dernières techniques en matière de lumière et de son. Le nom de l'établissement changea légèrement pour lui donner une touche un peu plus chic : « Boccacio Life International ». Personne ne se doutait à l'époque de l'impact de ce renouveau, le club a grandi en un rien de temps et est devenu « the place to be ». Il était devenu une des deux ou trois plus grandes discothèques d'Europe de l'époque et son nom était connu bien au-delà des frontières belges. Le Boccaccio Life a vu émerger en ses murs un nouveau genre de musique appelé "New Beat" dont la vague déferlera sur toute l'Europe quelque temps plus tard5. Il a également été un véritable vivier pour la House Music en Europe. Les DJ's de 1986 à 1993 étaient Olivier Pieters, Eric B, Mike Thompson, Mario, Laurent Warin et Phi Phi. Le club était surnommé par les habitués « le temple de la New Beat et de la House ». Des soirées y étaient organisées le samedi soir, mais le club était surtout réputé pour ses nuits du dimanche soir : les Sunday parties qui débutaient à 22h pour se terminer très tard le lundi matin, poussant parfois jusqu'au mardi sans interruption. Des milliers de personnes venues des quatre coins de l'Europe se déplaçaient pour vivre ces soirées6. Il fallait parfois faire jusqu'à deux heures de file pour accéder à la piste de danse. Les soirées du Boccaccio Life étaient alors (de 1987 à 1993) le point d'orgue du marathon ininterrompu des discothèques belges allant du vendredi au mardi : le "Cheops" à Izegem le vendredi ; "At the Villa" à Kooigem, "La Rocca" à Lier (Anvers), le "Balmoral" à Gentbrugge (qui ouvrait à 5h pour les afters), le "55 (Fifty Five)" à Kuurne ou la "Gaîté" à Bruxelles le samedi ; et enfin le "Vaudeville" à Bruxelles ou spécifiquement le "Boccaccio Life" à Destelbergen le dimanche. Entre 1986 et sa fermeture forcée en 1993, le Boccaccio est passé par plusieurs périodes musicales et plusieurs directions artistiques : New Beat, House, Rave, Trance, ... mais l'équipe de DJs restait assez stable au travers des années. Durant les années 1991 à 1993, le slogan utilisé pour sa communication était NO music for MONEY but only for PLEASURE (PAS de musique pour l'ARGENT, mais uniquement pour le PLAISIR). 1993, la fermeture Le Boccaccio fut le premier méga-dancing d’Europe continentale7mais fut aussi l'un des premiers à devoir faire face à l'arrivée des drogues synthétiques8 en Europe, avec tous les problèmes que cela peut comporter pour une discothèque de cette ampleur. Sans compter les problèmes liés aux plaintes des riverains à la suite des nuisances générées (bruits, voitures envahissant tout Destelbergen car les parkings du clubs ne pouvaient accueillir tout ce monde, ...). Un matin d'octobre 1993, sur ordre des autorités belges, la police a envahi le club à 5 heures afin de faire sortir de force les clubbers et exiger la fermeture définitive et irrévocable des portes. Cette évacuation s'effectua non sans mal, les clubbers ne voulaient pas quitter les lieux et scandaient à tue-tête « Boccaccio » afin de soutenir leur club9. Il y eut quelques arrestations administratives ainsi que pour détention de drogue. En 1995, le nom « Boccaccio Life » fut vendu pour 250 000 BEF (un peu plus de 6 000 €) à un propriétaire de discothèques situées à Ostende et Halen. À la fin de 2010, l'établissement de Halen utilisait toujours le nom et le logo original à peine modifié. Entre-temps, l'orientation artistique de ces deux discothèques n'a jamais cherché à rejoindre celle du Boccaccio d'origine, mais bien à rendre durable la bonne exploitation de ces deux lieux.
  8. L'ODéON L'odéon ! Le patron n'est autre que Marc Bulteau. Ancien dirigeant du Skyline. Ancienne Salle des fetes du coin, récupérée pour en faire un des temples de la techno dans les années 1991. On est pas içi sur un petit club intimiste, mais plus proche du méga-dancing. L'espace est ouvert sur le méga dance-floor. Organisation assez classique, le DJ au fond sur-élevé. Le bar à l'opposé. Rien de fabuleux. Et un cortège de table et banquette sur les bords. Cependant, l'ambiance à toujours été au rdv. Un public au top. (ancienne clientèle du Skyline) Un jeu de lumière ma foi bien sympatoche. Un personnel agréable et cordiale. Un nombre impressionnant de soirée à thème (voir flyers) Par la suite, revendu, repris, revendu puis repris par nombre de dirigeants. Quelques bon DJ y sont passés, tel Niko, de Radio Galaxie (mon petit niko vandefawtapauneclope ). http://www.galaxieradio.fr/equipes/niko-35 Vous pouvez d'ailleurs retrouver les set de REFRESH ici.
  9. Sangore

    Le Silo (Louvain)

    Rien que pour la Belgique, il reste encore pleeeein de discothèques à évoquer. Continuons, donc ! Le Silo était une discothèque de la province du Brabant flamand, plus précisément de la ville de Louvain (Leuven en néerlandais). Le site internet : http://silo.be/ Sur Facebook : https://www.facebook.com/clubsilo/ Un article (en néerlandais) qui parle des problèmes qu'a rencontré le Silo : https://www.nieuwsblad.be/cnt/blcbe_20110302_001 Un autre article (toujours en néerlandais) : https://www.nieuwsblad.be/cnt/k13jevpj Quelques vidéos pour se mettre dans l'ambiance : - Un mix datant du passage de l'année 1996 à l'année 1997 : - The Advent @ Silo Club "Tresor Night" 18/12/1999 : - Marco Carola @ Silo Leuven 18/02/2000 : - Un set de Tom Hades datant de novembre 2003 : - Forbidden Fruit at Silo Leuven : - John Digweed at Club Silo in Leuven : https://www.youtube.com/watch?v=Vnkx5YLhuck - John Digweed at Club Silo in Leuven #2 : https://www.youtube.com/watch?v=naCfQWkfQc8 - #3 : https://www.youtube.com/watch?v=_UOUksMZoH0 - #4 : https://www.youtube.com/watch?v=qkpn-bp2VkI - #5 : https://www.youtube.com/watch?v=cdWl0UhlDmg - #6 : https://www.youtube.com/watch?v=HfvTL6fmMYM - #7 : https://www.youtube.com/watch?v=XYrd6dErOSg - Guy J @ club Silo in Leuven #1 : https://www.youtube.com/watch?v=xUNj0HGpWdE - #2 : https://www.youtube.com/watch?v=nU8JWCQ8kTM
  10. Sangore

    MusiCafé (Louvain)

    Pour une fois , je vais vous parler d'un club où je suis sorti de temps en temps à une période. Le MusiCafé est un petit club, rien à voir avec les méga-dancings du style La Bush et compagnie. Vous pouvez d'ailleurs en faire la visite virtuellement pour vous rendre compte : https://www.google.be/maps/@50.8782921,4.7021573,3a,75y,36.06h,69.33t/data=!3m6!1e1!3m4!1sAF1QipOELXM_ME9IKt_26-g3-p-x9mP43BpTsRg3mYNt!2e10!7i13312!8i6656 Petit historique : au départ, il y a la petite salle appelée Samambaïa. Au fil du temps, les proprios se succèdent, des travaux d'agrandissement sont réalisés, etc. C'est en l'an 2000 que le nom MusiCafé est adopté. Si cela vous intéresse, tout l'historique est récapitulé sur le site officiel (c'est écrit en néerlandais, mais les logiciels de traduction sont là pour vous aider à comprendre ) : http://www.musicafe.be/infopagina/ Personnelement, c'est en 2010 que j'ai connu le MusiCafé. C'est @eurodanceNOW qui m'avait appris qu'ils lançaient un concept de soirées 90's, appelé The 90's Nightshit. On était alors dans les premières années de la folie des soirées rétro 90's. Nous sommes allés ensemble à la soirée de lancement. Il y avait même la Miss Brabant flamand qui y était présente. L'ambiance était vraiment top, très bon enfant, la preuve c'est que moi qui suis pourtant timide, j'ai même dansé en me mettant légèrement en hauteur comme pour "mener" les autres, étant particulièrement motivé. Nous sommes retournés plusieurs fois là-bas dans le cadre de ces soirées 90's. En y repensant, ces moments figurent parmi mes meilleurs souvenirs de soirées. Pour les comptes-rendus de soirées où je suis allé, rendez-vous sur le topic suivant : https://www.soundamental.org/forum/topic/2796-live-the-90s-nightshift/ Voici un flyer que j'avais gardé de cette époque : Sinon, en dehors de ça, ils y organisent des soirées étudiantes (Louvain étant une ville avec une université) et des événements divers et variés. Malheureusement, pas de vidéos de soirées 90's Nightshift faite par mes soins à vous montrer. Mais voici tout de même quelques vidéos d'autres soirées trouvées sur YT : Pour la suivante, faut aller directement à 1:42 (sinon vous aurez de la variété flamande dans les oreilles en guise d'intro). Soirée Hardstyle. Autre ambiance : Une pub pour une soirée :
  11. Sangore

    Illusion (Lierre)

    L'Illusion figure parmi les discothèques belges les plus célèbres et les plus appréciées. Elle était connue pour être le bastion d'une certaine Trance de qualité. Elle était située à Lierre (Lier en néerlandais), dans la Province d'Anvers. Elle fut créée en 1987. Comme beaucoup (trop) d'autres, elle a dû fermer. En 2003, il y a eu une descente de police là-bas, avec scellés apposés et tout le toutim... Il y a eu une tentative de réouverture il y a quelques années, mais ça semble avoir fait long feu. En tout cas, il existe des soirées "Illusion" qui sont organisées de temps en temps pour les nostalgiques de ce club. Un article (en néerlandais) sur l'Illusion : https://www.nieuwsblad.be/cnt/dmf20180308_03397531 Il existe de nombreuses compilations "Illusion" (https://www.discogs.com/label/388233-Illusion-3). Le topic à ce sujet reste à créer... Le reportage d'une chaîne TV flamande à l'occasion de la réouverture du club : Voici une vidéo qui contient une compilations de photos liées à l'Illusion : Une vidéo de près de 27 min. : Une sélection de DJ sets (audio) : - ILLUSION (Lier) - 1993.08.23-01 - Frank Zolex - side A - ILLUSION (Lier) - 1996.04.27-00 - Kevin Jee - Side A - ILLUSION - 1999.10.99-01 - Jan - ILLUSION - 2000.06.24-00 - Wout - ILLUSION - 2001.09.09-00 - Philip @ Ground Level - ILLUSION - 2000.12.31-91 - DJ Kurt @ New Year - Part A - Tofke @ ILLUSION 1998
  12. Sangore

    Le Trébuchet (Jannée)

    Le Trébuchet est une discothèque située dans la Province de Namur, le long de la N4, entre Ciney et Marche-en-Famenne, à Jannée (à côté du château de Jannée). La petite présentation issue de leur site : Comme un peu toutes les discothèques, elle a connu son lot d'ennuis. Voir par exemple cet article datant de 2012 : https://www.rtbf.be/info/regions/detail_ciney-la-discotheque-le-trebuchet-illegale?id=7799718 Le site Internet : http://www.trebuchet.be/ Sur Facebook : https://www.facebook.com/Le-Trébuchet-DanceClub-58568836442/ Petite vidéo promotionnelle : Flyers :
  13. Sangore

    AtmoZ (Hasselt)

    AtmoZ est une discothèque belge, fondée par Pat Krimson en 1996 à Hasselt. Il y en a eu une seconde, à partir de 1998, à Vosselaar (dans le Nord de la Belgique). Voici un petit documentaire dessus (malheureusement, seulement en néerlandais) : Comme pour la plupart des grandes discothèques, il y a eu des compilations labellisées Atmoz : https://www.discogs.com/fr/label/775181-Atmoz-2 AtmoZ sur Facebook : https://www.facebook.com/officialatmoz/ Site : http://www.atmoz.be/
  14. Sangore

    Le Studio 44 (Bruxelles)

    Le Studio 44 était l'une des boîtes de nuit de Bruxelles. Elle était située près du quartier "Louise", dans la commune d'Ixelles. Adresse exacte : 44 Avenue de la Toison d'Or, 1050 Ixelles Voici l'avis du site Cityzeum.com : Bref, musicalement, ce n'était pas trop le style maison. Mais il en faut pour tous les goûts, va-t-on dire. Ce club a fermé et avait été remplacé par Avenue Club, qui lui-même a fermé.
  15. Bidoul

    Cheops (Izegem)

    Le Cheops Le Chéops fait parti des discothèques underground de l'époque. Seul quelques initiés s'en souviennent encore. Sur la photo, c'est cette maison au 126 roeselaarsestraat à Izegem (Courtrai). Tellement Underground que même sur Google, 30 ans après, peu de contenu pour alimenter ce topic. Mais je vais tout de même m'y atteler. - Le lieu Courtrai, ville Flamande. A quelques pas de là, Izegem. Petit bourg, quelques activités, rien d’exceptionnel (à l'époque). Cependant, quand on sort au Skyline ou au 55, on commence à entendre parler du Chéops. On sait pas trop où ça se trouve. On en a entendu parler par personnes interposées, mais aucune info. Il faut un contact pour s'y rendre. Pas de marketing, promo commerciale pour ce lieu, ou très peu. J'avais conservé qq boites d'allumettes du lieu et cet auto-collant : Quand on a tout juste 18 ans, et qu'on rentre au Chéops, on se sent tout de suite à l'aise. En effet, on a l'impression de rentrer chez quelqu'un. Un long couloir, une fois la porte d'entrée passée. Un comptoir pour l'encaissement au bout et le vestiaire. On passe une seconde porte sur la droite et on découvre le salon. Le Dancefloor. Sur le long, un bar et un seul. Un petit espace en fin de salle (coté rue) pour accueillir quelques client et déguster une bonne Duvel, voire quelques substances chimiques. Puis à gauche, du bar, le DJ. Philippe Traikos. Une petite piste intimiste. Et enfin derrière la piste de danse, un autre espace, dans lequel les plus anciens se rappelleront qu'avant minuit, un buffet de hors-d'oeuvre (le vendredi) accueillera les clients. Sur le coté (voir photo) un petit passage, qui amenait au parking. Ou se passait toutes sortes de choses Il s'agissait d'un club à taille humaine. Presque un café. 200 personnes tout au plus. Le tout alimenté par un bon DJ, avec des sons venus de nulle part (pour l'époque) comme : DJ PC - Insomniak L.A. STYLE - James Brown Is Dead ou encore Sheer Taft - Cascades ou encore V.I.M. - Maggie's Last Party 1990 L'arrivée de la transition. Arrivée de la Techno dans les clubs, gros changement. Les sons sont plus hard, le beat plus soutenu, les ondes compressées, distordues. Suite...
  16. Sangore

    Montini (Saint-Trond)

    Le Montini est une autre célèbre discothèque belge. Il était situé à Saint-Trond (Sint-Truiden en néerlandais, puisque c'est en Flandre), dans le Limbourg. Quelques mixes trouvés sur YouTube : - Montini Rave Zone 31-12-1994 : https://www.youtube.com/watch?v=_xmGGj_pSHo - Nouvel An Montini 1995 : https://www.youtube.com/watch?v=wv4qlIK5vMg - Montini 1995-02-11 - Zzino : https://www.youtube.com/watch?v=uD992sUnITs - Montini 2003-11-14 - Franky Jones & Marco Bailey : https://www.youtube.com/watch?v=0j00PN_UNwQ Comme pour d'autres grands clubs, il y a eu des projets musicaux qui en ont découlé, des hymnes, des compilations... Côté projets : - The Montini Experience - Montini Traxx On se réécoute vite fait : Astrosyn (1995) The Tunnel (1998) Côté compilations : - Rave Zone Montini volume one (1994) - Rave Zone Montini volume two (1994) - Rave Zone Montini volume three (1995) - Rave Zone Montini voulume four (1995) - Rave Zone Montini volume 5 (1996) - Montini volume 6 (1997) - Montini Reunion Compilation (2001) - Montini Reunion part II (2002) Voici le scan de l'intérieur de la pochette du CD de Rave Zone Montini volume one :
  17. Sangore

    Cap'tain (Rumes)

    Le Cap'tain est une discothèque belge située dans la région de Tournai, à la frontière avec la France. Le complexe possède trois salles différentes : le Cap'tain proprement dit, L'Amiral et le B4U. Le Cap'tain est spécialisé dans la musique plutôt hard : Jumpstyle, Hardstyle, Hard House, Techno... L'adresse : Chaussée Montgomery, 118 7611 La Glanerie (Rumes) Son site Internet : http://www.cap-tain.com/ La discothèque a ses propres compilations. Quelques soirées prévues :
  18. Bidoul

    Lagoa (Menin)

    LAGOA (Menin) Lagoa fait parti des nombreux clubs frontaliers. Il est aussi l'un des seul à avoir tenu aussi longtemps ! C'en est même bizarre. A une époque ou les clubs fermaient tour à tour, changeaient de gérants, etc. Lagoa est toujours resté debout, avec la même gérante, Marie-Jeanne. (voir documentaire boites belges plus bas) Dans les années fin 80 début 90, la boite passait tout les standard techno, house. Elle se spécialisera petit à petit vers un style plus punchy, tel jumpstyle et autres mouvances. Le lieu est grand, le dance floor aussi. Une partie vitrée à l'etage permet de se mettre "au calme" et de profiter de canapé cosy, d'un bar et d'une petite piste de dance. Etage dans lequel au cours de soirée, un 2e DJ y dispense un autre son. LES NIGHT CLUBS GEANTS EN BELGIQUE
  19. Sangore

    Café d'Anvers (Anvers)

    Le Café d'Anvers n'est pas un café, mais bien une discothèque de la ville d'Anvers. Fondée en 1989, elle aura tenu jusqu'en 2019. Belle longévité ! Le week-end de fermeture a eu lieu il y a un an, presque jour pour jour : les 26 et 27 avril 2019. Une particularité, c'est qu'elle était située dans une ancienne église du 16e siècle. Petit texte de présentation (qui date de quand elle était ouverte) : Un article de Vice : "Des habitués du Café d'Anvers nous ont raconté leur souvenir le plus fou" : https://www.vice.com/fr_be/article/bj9nx5/des-habitues-du-cafe-danvers-nous-ont-raconte-leur-souvenir-le-plus-fou Le site : http://www.cafedanvers.com/ Sur Facebook : https://www.facebook.com/cafedanvers/ Quelques vidéos : - Vidéo promo 25 ans - Vidéo promo pour les soirées Circoloco Sossa & Tofke @Cirocoloco Deborah De Luca (16/11/2018) Soirée Cocoon Photos :
  20. Bidoul

    Skyline (Aalbeke)

    SKYLINE - Le site Le Skyline, temple des nouveaux courants où se mélangeait New-Wave, Acid et New-Beat. Ouvert en 1982 jusqu'en 1990. Marc Bulteau, le dirigeant. Une demeure bourgeoise avec son escalier immense où se coutoyait tout public et toute orientation sexuelle. Car inutile de le cacher, le "Sky" et son bois à l'entrée, était fréquenté par une population libérée. Entre vieux New-Wavers et jeune Newbeaters. - Les nuits rouge 1 fois par mois, le vendredi, la fameuse nuit rouge. Entrée payante et tenez vous bien.... Boissons gratuites ! Autant vous dire que l'ambiance était ultra chaude ! J'ai eu l'occasion d'en faire 2, entre 17 et 18 ans, souvenirs mémorables. - La clientèle Fréquenté par les Français, Belges, Wallons comme Flamands, public électrolyte, de tout bord. Excentricité était le mot d'ordre. - Les styles musicaux Très peu de variétés, pas mal de New-Wave, de l'Acid et NewBeat sur la fin. Découvertes de Trisomie 21 (la fête triste), Snowy Red (madman), Frank Tovey Fad Gadget (Back to nature), Signal Out Forty Two, The Normal (Warm Leatherette) et j'en passe. - Plus d'infos : https://fr-fr.facebook.com/pg/Skyline-151226582820/notes/?ref=page_internal ***************************************************************Quelques sons de l'époque*********************************************************************************** Trisomie 21 - la fête triste Snowy Red - madman Back To Nature - Frank tovey Warm Leatherette - The Normal
  21. Pour les sorties sur le littoral belge. C'était situé sur la plage, à 8300 Knokke-Heist, donc près de la frontière avec les Pays-Bas. Un endroit du littoral connu pour être plus huppé que les autres, avec son casino, une des résidences secondaires de Jean-Claude Van Damme (ça y est, j'ai votre attention ! ), etc. Lié à La Rocca (https://www.soundamental.org/forum/topic/7653-la-rocca-lierre/). Une vidéo : Voici un flyer issu de ma "collection" :
  22. Sangore

    Noxx (Anvers)

    La discothèque Noxx, située à Anvers, va fermer. Une de plus. Ou plutôt, une de moins... http://www.msn.com/fr-be/actualite/national/anvers-le-%c2%abnoxx%c2%bb-va-fermer-ses-portes/ar-BBm7ygW?ocid=mailsignoutmd http://noxxantwerp.com/home
  23. Sangore

    La Bush (Pecq)

    La Bush était une célèbre discothèque de la région de Tournai - Mouscron (près de Roubaix et Lille, pour les Français). Elle a fermé en 2013. Depuis, c'est le Pulse Café qui a pris le relais. http://www.labush.com/discotheque-belgique.aspx Un article qui date de l'été 2013, sur la fermeture de la discothèque : http://www.nordeclair.be/781732/article/regions/tournai/actualite/2013-08-07/pecq-le-megadancing-la-bush-ferme-ses-portes Une petite vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xf0gyx_la-bush-discotheque_music La Bush avait sa propre série de compilations, son propre label à une époque, ses propres anthems,... Si jamais il y en a ici qui étaient sortis à l'époque à La Bush, qu'ils n'hésitent pas à partager leurs souvenirs...
  24. Sangore

    West Side (Bruxelles)

    À la discothèque bruxelloise West Side, sise rue des Chartreux n° 52 à 1000 Bruxelles, étaient organisées des soirées "Pilgrimage", soirées ciblant les amateurs de musique gothique/dark wave/EBM/électro industrielle/post-punk. J'ai quelques flyers de ses soirées :
  25. Bidoul

    La Rocca (Lierre)

    http://larocca.be/ La Rocca, la Rocca, la Rocca... Oui, j'insiste. S'il y a bien un club qui a duré par la qualité de ses intervenants (DJ's) et par sa durée, c'est bien la Rocca. S'il y a bien un club excentrique au possible, c'est la Rocca. Mais s'il y a bien un club devenu "select" dans le coté péjoratif, c'est aussi la Rocca. Perso, j'y suis allé pas mal en 91-92. L'entrée n’était pas du tout sélective, mais le public était déjà pas mal barré. Il n'y a que la-bas où l'on voyait des types sapés en cuir, avec des trous énorme laissant apparaitre leur fesses. Haut lieu de la mixité à tous niveaux. ambiance de dingue, entendez festive au possible. Boite à taille humaine. Entre le petit club et le mega-dancing. Des DJ's de renom y sont passé. Les DJs de La Rocca : Medias La Rocca a aussi sorti ses compilations : La Rocca Ballroom Tunes : Redaction en cours
×
×
  • Créer...