Aller au contenu

Rechercher dans la communauté

Affichage des résultats pour les étiquettes '2012 yacast'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Saisir les étiquettes en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Musique
    • Forum général
    • Artistes & groupes
    • Labels, compilations & collections
    • Le Hit Des Clubs / Classements
    • Les collectionneurs
    • Livres, magazines & fanzines
    • Festivals & soirées (Lives multi-artistes)
    • Lexique musical
    • Identification
    • Jeux
  • Communauté
    • Le Site
    • Le coin des membres : présentez-vous !
    • La Taverne

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

1 résultat trouvé

  1. Ces dernières semaines, j'ai commencé à retranscrire sous forme de tableau les classements du Yacast 2012 - une année que notre cher SMR ne semble pas, au vu de ses critiques, compter parmi ses préférées En me basant sur le classement Club 40, je me suis amusé à rédiger un bilan de l'année. Je ne pensais même pas le poster ici, mais finalement pourquoi pas ? C'est un bilan qui se veut factuel, aussi je n'y donne pas mon avis ni mes préférences. J'ai pris le parti de choisir comme référence le classement Yacast. J'aurais tout aussi bien pu prendre le classement DJ Buzz, mais je ne pense pas que cela aurait abouti à un bilan très différent. Merci de me donner vos avis. Si vous y relevez des inexactitudes, approximations ou oublis, vos commentaires sont les bienvenus. P.S. : il me reste les 3 derniers mois à retranscrire, d'où quelques mentions "à compléter" Bilan Club 40 année 2012 L’année 2012 ne marque pas de rupture avec les deux qui l’ont précédée. La musique diffusée en clubs continue à se partager entre électro-house, électro-pop, musique « soleil » et pop latine. Ce dernier genre, depuis toujours bien implanté dans les clubs et qui connaît chaque année son lot de succès, montre cependant en 2012 une poussée notable, avec trois n°1 (Ai Se Eu Te Pego! de Michel Teló, Balada de Gusttavo Lima et Bará Berê d’Alex Ferrari), qui totalisant à eux trois 24 semaines à la première place du Club 40. Ces trois interprètes d’origine brésilienne sont les représentants d’un genre très populaire au Brésil, le sartanejo, qui aura connu en cette année 2012 un rayonnement mondial. Parmi les autres titres latins qui auront marqué l’année, on mentionnera également Rayos de Sol de Jose de Rico / Henry Mendez (top 3), Tacata de Tacabro (top 2), Bem gostosinho (Mulher Solteira) de Hallux / Nuno Fernandez / Marcus (top 7), Badam de Lylloo & Lorinda (top 13), Addicted To You 2012 de Shakira (top ?) (à compléter après 31/08). Coté électro, le « Remady sound » apparu en 2011 continue à influencer de nombreuses productions électro-house ou électro-pop, notamment Ma Chérie 2012 de DJ Antoine, l’un des plus gros hits de l’année (8 fois n°1), tandis que le succès du Loca People de Sak Noel au cours de l’été 2011 aura généré quelques clones (Disco Rocker et Fiesta fatale d’Angel Lamar, Oye de Ricksick et Paso (The Nini Anthem), de Sak Noel lui-même). Mais un nouveau son, apparu en ce début d’année, va bientôt marquer de son empreinte une bonne partie des productions à venir : le Levels de Avicii ; un son qui, au contraire de ceux précédemment cités, durera bien plus d’une saison, puisqu’à l’heure où j’écris cette rétrospective, en 2015, ce morceau continue d'être cloné (cf le titre Hold You de Basto!). Après le remarqué Seek Bromance en 2011 (qu’Avicii a signé sous son alias Tim Berg), Levels constitue le premier hit mondial du DJ suédois, depuis devenu l’un des plus gros faiseurs de tubes à l’échelle planétaire. Déjà Animal de R.I.O. / U-Jean (top 15), Addiction de Discomakers / Jessica Jean (top 31), 2012 (If the world would end) de Mike Candys / Evelyn / Patrick Miller (top 21) et Cloudbreaker de Basto! (top 19) adoptent la même structure. Comme les années précédentes, la musique exotique reste omniprésente dans les clubs, boostée en cette année 2012 par le phénomène Zumba, un programme de danse-aérobic se pratiquant sur des musiques telles que le kuduro, la soca ou le reggaeton. Zumba étant une marque déposée, comme au temps de la Tektonik, elle a son hymne officiel (Zumba He Zumba Ha de DJ Mam’s - top 4), tandis qu’un autre morceau, Balance avec moi de King Kuduro (top 12), n’oublie pas de faire suivre son titre de la mention « (Zumba) ». Alors qu'au début, les créateurs de la zumba devaient payer pour utiliser les morceaux dans leurs cours, ce sont à présent les labels qui paient pour que leurs chansons soient utilisées ! Parmi les plus gros hits « soleil » en 2012, on mentionnera Les Mots de Keen V (top 1), Baïla Morena 2012 de Lucenzo (top 6), Balance toi de Kymaï (top 9), Kan je l'ai vue de Doutson feat. Big Jo (top 4), Positif de Matt Houston (n°1), Chéri Doudou d’Edalam (top 8), Ma Vie au Soleil de Keen V (top 2), Z Dance de Collectif Métissé (top 10), (à compléter), et surtout Elle T’a Maté de Keen V, un morceau doublement anachronique puisque les paroles font ouvertement référence à l’affaire du Sofitel de New York, survenue un an et demi auparavant, tandis que la musique et la façon de chanter de l’interprète évoquent fortement le titre Premier Gaou de Magic System, sorti en 2002. Ce qui n’empêchera pas le morceau de rester 7 semaines à la première place. L’année 2012 aura aussi été marquée par le phénomène Gangnam Style, succès planétaire du Sud-Coréen Psy, qui aura réussi l’exploit de faire danser à la planète entière une chorégraphie parfaitement ridicule, le principe étant de simuler le fait d’être à cheval et de lancer un lasso ! Le succès du Gangnam Style de Psy fait finalement un peu penser à celui du Dragostea Din Tei d’Ozone en 2004 : tout le monde avait conscience sur le moment que c’était ringard, mais tout le monde s’est malgré tout pris au jeu, juste le temps d’un délire régressif. Le phénomène n’aura cependant été qu’un feu de paille, et Gangnam Style fait partie de ces anciens n°1 que l’on n’a plus jamais réentendus par la suite. Le succès phénoménal de Gangnam Style n’aura finalement pas permis à la K-pop de déferler sur le monde, comme l’espérait le gouvernement sud-coréen qui a attribué à Psy la prestigieuse médaille de l'Ordre Okgwan du mérite culturel pour "services exceptionnels"… Parmi les autres faits de l’année, notons la consécration de Basto ! qui, dans un registre progressive house encore marginal, réussit à placer trois titres dans le classement (Again And Again – top 5-, Clodbreaker – top 19 – et I Rave You - top 12), la révélation de la rappeuse Nicki Minaj (Starships – top 2 - et Pound The Alarm – top 7), et la résurrection - qui s’avèrera éphémère - de Khaled (C’est La Vie – top 2). Notons également la première apparition dans le Club 40 d’un nouveau genre, la big room house, représentée par le titre Epic de Sandro Silva / Quintino. Ce morceau, qui constitue une sorte de matrice du genre – à l’image de son titre, qui décrit à lui seul le principe du genre -, ne restera que deux semaines dans le classement, où il ne dépassera pas la 36e position. Il faudra attendre septembre 2013 et le raz de marée provoqué par le Animal de Martin Garrix pour voir le son big room déferler dans les clubs et sur les ondes. Mais déjà le remix 2012 du Pursuit Of Happiness de Kid Cudi, qui atteindra la première place du Club 40 au cours de l’été, donne à entendre un son plus « dur » que l’électro-house mainstream, et incorpore des éléments préparant l’arrivée du genre l’année suivante. Un autre titre de 2012 aura constitué un « ballon d’essai » transformé en 2013, c’est le Rattle de Bingo Players, qui a connu un certain succès (top 9) en 2012, mais deviendra, avec juste quelques couplets rap rajoutés au passage par les Far East Movement, le plus gros hit clubs de l’année 2013. Entre les prémices de la big room et la consécration du son Rattle, on avait déjà en 2012 les principaux éléments qui allaient faire le son diffusé dans les clubs l’année suivante.
×